LES MAKOS vs VCC

   4                    6

MACAU

16/05/2014

Grav'agés La Brède / VCC

          2                       8

10/04/2014

stade du bourg la Brède

Match de GRAVES:

Au début du match ils ont dit :entre Cestas et la Brède, c'est l'entente cordiale des Graves. En fait j'ai plutôt vu ça comme un derby façon Saint Gaudens / Montréjeau. Déjà pour la photo t'as envie de te mettre des baffes tellement que tu es assaillis par des centaines de milliards de voraces pompeurs de sang… D'ailleurs j'écris le compte rendu en me grattant encore des stigmates de ces moustiques élevés à Tchernobyl.

Du coup, pour le coup d'envoi, on avait compris qu'il fallait courir plus vite qu'une nuée de moustiques enragés. En effet, après moins de deux minutes de jeu, un contre et trois passes, et la première percée cestadaise a piqué au vif l'adversaire, avec Bernard de Salles à la finition.

Festival de passes en première mi-temps, il faut le dire, grâce à un paquet d'avants conquérants et récupérateurs de boules malgré des graves âgés plutôt lourds et fripons.

Nouvelles concrétisations par des sublimes essais d’avants disponibles dans les lignes arrières, belle preuve qu'on n'a pas besoin de ces dernières, avec Damien et Adrien. Il est sûr que la technique stratégique de pétage au ras systématique du grave casqué de Béziers rendait relativement lisible le jeu de nos adversaires.

Tant et si bien qu'une relative bonhomie s'est installée dans le camp cestadais avec un matelas confortable d’essais d’avance. D'un coup le match est devenu plus grave, comprendre plus rocailleux, avec une ambiance quelque peu épicée par nos deux jeunes arbitres, qui ont su néanmoins garder le contrôle du match. Il est certain que les protagonistes des deux paquets, avec la cafetière dans le tas, avaient quelquefois du mal à entendre les consignes de ruck plus ou moins indiquées par le collège d'arbitres.

Une fois la période de flottement passé, le cuir a de nouveaux chanté, cette fois par les artistes des lignes arrières, par trois fois avec des zig et des zags type mouvement browniens de Vince, voire avec une toupie artistique de Bouly, servi sur une palette par Picasso. L'honneur de l'adversaire était sauf, ayant planté deux essais globalement mérités, malgré de nombreux temps de jeu, et une bonne défense durant de longues minutes dans nos 22 mètres.

 

Si le match fut dur, la douche encore plus, on avait les ours, il ne manquait plus que les icebergs.

Heureusement et comme toujours, les discussions d'après match à la bière, le bon repas et l'énorme bouteille de vin, et la chansonnette, ont conclu cette belle soirée rugby.

 

Le groupe: Picasso; Adri; Dave; Benoit; Yannick; Pim; Scratch; Babass; RV; Nico; Byron; Bouly; DJ Nico; Ricou; Juju; Olive; Fabrice; Bernard de Salles; 20/100; Fab; Alex; Roti; Pilou

 Pilou du match; Bouly

Lavage maillots; Bernard de salles

 

La bise, Pim.


JEUDI 20 MARS

Stade B. Laporte Cadaujac

Barbon de Cadaujac vs Vieux Crampons Cestadais

 

"Il faut arréter de faire les stars",  "Ce n'est pas parce que l'on est jeudi qu'il faut faire un touché", "Ce match on ne mérite pas de le gagner"!

 

Qu'est ce qu'il avait notre bon Prez?

Est ce le retard de certains joueurs? (on avait dit 19hr30 au stade, oui mais lequel?)

Est ce "la peur" de perdre encore à Cadaujac, comme quand il évoluait en séniors?

Est ce qu'il a connu un usager indélicat qui n'a pas oblitéré son ticket?

Est ce qu'il n'avait pas fait caca avant de partir?

 

Toujours est il que nous voilà heureux, affûtes et bavard de nous retrouver dans cet immense vestiaire du stade B. Laporte (J'aime pas ce type!).

Heureux? c'est le moins que l'on puisse dire, blagues potaches, essayage de maillots "trop petit ou moulant". Le coach Rech refusant de re-jouer avec le "numéro 2 de cadets" (je ne sais pas pourquoi!), exigea le 47, numéro qu'il adore par dessus tout mais il vous dira toujours le contraire.

 

Échauffement à la mode Vince (des courses, des courses et ........... des courses).

 

Au coup d'envoi, petit changement tactique, que personne n'a remarqué, Eric (le clone de Nico) entre en 9 et sort au bout de 23 secondes, le temps pour moi d'enlever mon alliance de mon doigt tordu, et qu'il se rendre compte que le poste de 9 et exigeant physiquement et ultra technique (enfin ça c'est moi qui le dit!!).

 

Revenant au match. Sur un rythme loisir, le match est lancé. Ce qui a le don d'énerver notre Babass national. Sur un 89, il décide de se passer du 9 et de faire son affaire seul comme un grand. 1/0.

Besoin de personne le Babass!!

 

Ce qui va suivre étonnera Doud

(qui n'était pas présent prétextant un mollet en piteux état).

Vince à la relance, un zig, un zag, fixation et passe (si si!!!) pour ma pomme, crochet intérieur, percussion, passe redoublé à Vince qui, pris par la patrouille mais protégé par ses Gros, libére dans le tempo, le ballon vole de mains en mains jusqu’à l'aile et Bernard de Salles qui marque. Un jeu de 3/4 comme Doud n'a jamais vu aux VCC.

 Les 2 supporters sont en transe, "Magnifique" dixit Roti et bling bling?

 

Mi-temps 2/0

Le coach Rech. réajuste ce qu'il doit être réajusté.

 

A la reprise Babass double la mise dans son style particulier, ballon sous le bras, tête casqué, chaussettes baissées et droit devant ("les zig-zag c'est pour les tarlouzes"). 3/0.

 

C' est à ce moment que l'on a failli connaitre le drame.

En sortant du terrain harassé et cuit (ça fait bien de dire ça), Taxi propose de me remplacer en 9. "QUOI !! TAXI TU DECONNES, PAS TOI EN 9 !!"

J'imagine tout de suite la tête de Bouly en 10!!

Vince, de son aile, pensa la même chose et se porta au secours de l'équipe en jouant 9 (ce qui lui vaudra une belle récompense de la part de Barbons) et laissant Taxi à son poste de 14 moins risqué pour lui et surtout pour nous! 

 

Après un essai de nos adversaires (3/1) nous marquons un 4e essai (4/1), mais comme je discutais avec Bling Bling et Roti de tactique et de technique individuelle, du coup j'ai rien vu!

 

Le coach Rech, nous voyant hésité pour l'attribution du Pilou, nous facilite la tâche en terminant un superbe action, feinte de passe prise d'intervalle et accélération, par un gros dégueulé de passe. il n'y a pas eu consultation, on était tous d'accord.

 

Le groupe: Billip, Picasso 1,Picasso 2, Coach Rech, Ben, Dave, Yannick, Pim, Scratch, Babass, RV, Eric (le clone de Nico), Byron, Bouly, Nico, Ricou, Vince, Bernard de Salles, Coach Juju, Adri, Alex, Taxi et Pilou

 

Barbons Cadaujac / VCC

          1                    4

Pilou :    Coach Rech

Maillots: Dave

Reconnaisance de l'adversaire: Vince                                                                                                                        Byron  


Mercredi 12 février 2014

Cestas Stade du Bouzet

                                  VCC / Dassault

                             3        3

La bataille s'est déroulée un jour de semaine la nuit tombée à la lumière des lanternes.Les intempéries des semaines passées ont contraint les belligérants à quitter la zone marécageuse du bas pour en découdre sur le plateau non moins boueux.Comme à l'accoutumée, les vieux crampons s'échauffaient la fleur au fusil dans une atmosphère guillerette permettant tout juste d'échauffer un orteil. De leur côté, Dassault System se tapait les ogives contre les perches.

Comme disait Fernand de Montauban, à la retraite de Russie ce sont les lignes arrière qui se sont faites repasser.Il en allait de même pour le début des hostilités. À la 153e seconde après l'allumage, un missile est venu déchirer la défense et se planter dans l’en-but.Quelques minutes plus tard un deuxième exocet est venu passoirer les lignes arrières jusqu'à la Terre promise.

Nos valeureux soldats étaient pétrifiés suite à cette rafale de missiles.Mais c'était sans compter sur le courage et l'abnégation des vieux grognards de Cestas.

Le sergent Yo et le caporal Castagne tout a tour à la manœuvre ont emmené les lignes avant vers la ligne adverse. De nombreuses charges de cavalerie d’Hervé et de Babas ont ébréché de leurs assauts les Dassault. Lors d'un affrontement corps à corps, à la suite de Mano a Mano des lignes avant, puis de successifs tas humains, la beuchigue est sortie du tas comme l’œuf de la poule, et, opportuniste mais hors-jeu, j'aplatissais dans l'en-but.

Le pouvoir suprême n'ayant trouvé aucune contre-indication à l'acte, ratifiait l'essai avec moult contestation du camp adverse.Une nouvelle charge de Babas sabre au clair trancha les Rafales à vif.

Dès lors, les biréacteurs supersoniques se seront transformés en pipelettes…

 Sur les conseils du Maréchal David Coach, les consignes de recentrage recentrage recentrage étaient données pour éviter le papillonnage du 10, le grigri du Centre, la feinte du perdreau de l’ailier…

Ces habitudes sont d’ailleurs souvent décriées par le lieutenant Doud, blessé sur d'autres fronts, et envoyé en mission expéditionnaire en Nouvelle-Angleterre.

Une superbe ouverture grand champ à l’aile a permis à Alex de tâter d’un ballon de jeu…et en même temps d’un gus lancé plein  fer.. 

À la reprise, ce sont des Bouly de canons qui se sont abattus sur les lignes adverses, finalisés par un groupé pénétrant égalisateur de la main de Ricou.

 De divins breuvages ont ensuite réconciliés les époques et les styles…

Notons la délibération du Pilou à Jean-Marie pour des j’ai/j’ai pas, entre autre cagades dans la ligne arrière….qui a surpassé de justesse à l’aplo David et Yo.

Quelques siècles plus tard, la fameuse poule au pot de Rôti XIV, farcie divinement comme une poule a toujours rêvé de l'être, fût un régal de coqs hardis…

Le Scribe, Maréchal des Logis Pim.


Cestas, vendredi 10 janvier,

stade du Bouzet,

VCC /Wallabus Bordeaux

   2                1

terminus tout le monde descend

 

Les usagers arrivaient en force pour se fêter la nouvelle année et accessoirement se faire composter leur tiitre de transport par l’équipe des Wallabus qui venaient tirer les rois faute de reines.

On se serait cru à l’heure de pointe avec un grand nombre de visiteurs…les VCC étaient aussi présent en force, le sourire aux lèvres et la connerie déjà près de la bouche pour bien démarrer la nouvelle année.

On déplorait  les absences notamment de Gégé toujours blessé, de Julo dans quelques fourrés et des twin brothers probablement sur des pentes de ski dévalées, d’Olivier, de Philippe er quelques autres…Doud était là mais finalement, non, le terrain, de lui, ne voulait…à moins que, Julie Gayet ? 

 

Pour bien commencer l’année, on rencontrait donc les biens-connus Wallabus, l’équipe presque sœur, avec qui des connivences nombreuses et parfois peu avouables existent…on y trouve en vrac :

Des copains de boulot (Prez, mais cela ne se voit pas toujours)

Des clients (Fred, mais cela ne se voit pas toujours)

Des collègues de massage (Jean-Marie, ça, ça s’est bien vu !)

La partie pouvait commencer…on descendait la chek-list :

Roti, le Roumain, Serge and co aux fourneaux : OK

Le terrain (annexe), le ballon, le Taxi avec sifflet : OK

La photo avec les uns, sans les autres, avec flash, sans flash, verticale, horizontale, avec effet flou, sans effet flou…ah non…bien avec effet flou : OK

 

Dans cette partie il s’est passé dès le départ un phénomène étrange…était-ce la présence de l’équipe au grand complet qui nous as donné des certitudes qu’on n’aurait pas du avoir ?...ou les festivités de fin d’année et des huitres pas fraiches avec effet à retardement ?...ou un alignement défavorable de planètes ?....bref par un de ces mystères inexplicables du sport, ce n’était plus une équipe mais 15 individus qui s’isolaient tous seuls et qui tentaient de lutter inefficacement contre une équipe des Wallabus bien présente et active au placage et au déblaiement….la moitié de terrain adverse restait quasi inviolée la première mi-temps et c’est un miracle si nous n’encaissions qu’un essai qui récompensait la domination territoriale écrasante de nos adversaires.

 

C’est donc un peu sonnés que nous faisions alors à la mi-temps re-sonner les cloches par Juju le barbu. Nous ne saurons jamais si c’est son discours qui a été efficace ou si c’est la vexation ressentie aprés le refus des Wallabus de rejouer le coup de pied raté d’engagement de la deuxième mi-temps mais il a été visible rapidement que les intentions étaient différentes et que les mouches pouvaient changer d’ânes….

 

Sur une action dans leur 22 et alors que nous étions occupés à éviter au Prez de faire une « Chabal » sur un collègue de travail Wallabus qui lui était rentré un peu trop virilement 

 

dans le pif alors qu’il était au sol, le ballon était vite joué et Babass relayait à Féfé qui, bien que pris, se retournait pour aplatir et égaliser…

Attention Féfé, cette saison le contrôle anti-dopage n’est pas loin !

Un deuxième essai de l’inévitable Bernard de Salles sur un service de Juju consacrait définitivement le réveil Cestadais.

Et en fin de partie le troisième essai était refusé à Bernard de Salles pour en avant de passe après un très joli mouvement de avec Bouly et Nico.

Bref l’honneur du Prez était sauf pour son retour chez Keolis lundi matin et les agapes de la troisième mi-temps pouvaient commencer

 

LES INFOS DU MATCH

Score du match :2-1 (match terminé)

Spectateurs : Bof

L’équipe  (à vue de nez):  

 Picasso / Bilipp /le Narbonnais /Damien /Jean-Marie / Adrien/ Hervé /Scratch /PIM /Yannick /Dave/ Babass /Laurent / Benoit/ Pascal/ Féfé / Juju le barbu/ Bouly / Fred /Ricou/ Nico /  Alexandre / Vince / Bernard de Salles…+ Taxi à l’arbitrage 

 

LA REMISE DES RECOMPENSES

Les nominés du pilou :

Picasso : pour des pizzas pas fraiches en lancement de touches

Ricou : pour mauvaise foi persistante

Pascal : pour innovation décevante dans le lancement de jeu derrière la mêlée...le ballon délicatement présenté dans son assiette façon maître d’Hôtel, dos à l’adversaire avec chaloupé de l’arrière train…et note salée à l’arrivée

Le Pilou: décerné par acclamations à Picasso pour changer…la pauvre bête ayant presque sa chambre à l’année chez Pascal, elle méritait de voir enfin du pays

La corvée des maillots : remise à Pascal…faut pas déconner quand même, il n’allait pas repartir sans rien.

 

Nous avons aimé :

Ricou : quand il fait craquer les côtés de Laurent en croyant serrer un Wallabus

Damien : surnommé désormais « Scratch » par sa poursuite obsessionnelle sur le terrain  des chevilles des porteurs de ballon

Babass : l’anesthésiste…s’est mis à plaquer bas en seconde mi-temps et cela s’est vu

Vince : aime toujours exploiter les supériorités numériques à 1 contre 4…et ca marche presque

Hervé : le Mr Propre du terrain…toujours nickel…devra donner des cours de math à Vince sur la notion de supériorité numérique

Jean-Marie : pour des bonnes percussions…il se fera aussi offrir un maillot avec le numéro 9,5  

Adrien : le roi de la cartouche…devrait jouer en club !

Nico : l’autre Rapetou capillaire du centre avec Adrien…ce qui a beaucoup perturbé Vince…un bon placage limite cathédrale et un passage en revue remarqué ballon en main de sa propre équipe sur toute la largeur du terrain

…Le réveil méritoire de l’ensemble de l’équipe

 

Nous n’avons pas aimé

Ne pas pouvoir jouer sur le terrain principal pour match du Top 14 ce dimanche

 

Cenon/VCC
Cenon/VCC

Complexe Palmer Cenon 06/12/13

Cenon /VCC

    0        3

Le départ en vue des steppes orientales situées de l'autre côté du rivage a pris des allures d'expédition.

Une fausse piste vers un hypothétique terrain médocain au nom éponyme de château Palmer a failli diviser les troupes.

Mais la raison l'a emporté et un convoyage s'est dirigé vers le château Palmer de Cenon.

En route, quelques brebis égarées demandaient l'adresse du site, jusqu'au parking où certains envisageaient de faire la représentation théâtrale sur des planches plutôt que sur le pré.

Malgré ces pérégrinations, l'équipe quasi complète se retrouvait dans les vestiaires, c'est-à-dire à 15 ou 16.

Mais c'étaient sans compter nos ex-locaux se pointant à notre sortie des vestiaires.

Pas de remise des maillots dans les vestiaires, vu le nombre, mais un cadeau et une pensée 

amicale et sincère de la famille Cestas Rugby aux Jumeaux, alors qu’une partie de la leur est partie…

Après un détour par la piste d'athlétisme en crampons, nous arrivions sur le terrain 

d'échauffement, pour tenter de le faire.

Étant déjà cramés (NDLR) et quelques touchent foirées plus tard, la partie pouvait commencer.

La domination territoriale et de la beuchigue des Visiteurs fut impériale durant 20 minutes.

De nombreuses pénétrations d'avant et autant de ballons tombés derrière ont occasionné moultes mêlées.

C'était l'occasion de ce type d'actions que nous avons pu constater la gourmandise de Dam, à 

1 cm de la ligne, et qui a pu libérer in extremis afin qu'Hervé se projette en Terre promise, accompagné de quelques gros acolytes.

Le deuxième essai part d’un coup de pied tactico-tactique de l’adversaire dans les bras de 

Vince, qui avec un double crochet gauche/gauche et droite/droite, a laissé ses adversaires et 

partenaires sur le carreau, et a traversé 60 m de terrain, en distribuant ses cartes de visite…

Le troisième et dernier essai peut être comparé à « l’essai du bout du monde », par le nombre 

de largeurs de terrain effectuées par la gonfle, de passes et de joueurs mobilisés dans cette action.

L'auteur de l'aplatissement final m'excusera car j'ai oublié de qui il s'agissait.

On n’oubliera pas de citer quelques jolis tampons, reculades cenonnaises, et de manière 

générale une admirable défense en ligne qui n’a montré durant ce match aucune faille.

À l'inverse, ce qui n'a pas failli, c'est la parlotte, et je plaide coupable… Pardon Taxi…

Notre arbitre aura même refusé un essai à nos adversaires, qui au moins dans l'esprit pouvait 

être accordé, mais en l’absence de referee video, c’était inacceptable…

Au coup de sifflet final la pelouse a été envahie, comme à Lansdowne Road, non par des supporters, mais par un brouillard tout aussi irlandais.

 

La marée haute coefficient 110 nous a précipité vers le club house, où quelques breuvages de 

houblon et de bœuf en daube nous ont bien requinqués.

Le Julo et Nico sont restés dans les brumes cenonnaises, à priori pas reçu de 

Meday_meday….

Mention spéciale aux présents qui étaient absents : Pascal , et j’en oublie.. ??

Le Pilou pour Bling-Bling pour un "je viens je viens pas" d'anthologie

 

Votre Serviteur, Pim


LES BAYOUX vs VCC

     2                  6

Match retour des VCC contre les Bayous du Teich en terre lointaine….

 Notre préposé aux archives et aux statistiques nous ressortait la fiche du match de l’an dernier à Cestas avec quelques points marquants pour mémoire:

 

·         Le temps frisquet

·         Les blessures d’Eric et de Doud

·         Aucun pilou décerné en l’absence de « saucisse »marquante

·         Nette victoire sur le score de 8-1

 Au risque de tuer le suspens, nous pouvons d’ors et déjà résumer le match de ce jour à ceci

·         Le temps frisquet et pluvieux

·         Eric et Doud, en avance sur le timing annuel, étaient déjà hors-jeu

·         Il aurait fallu 15 pilous au moins pour être vraiment juste

·         Victoire plus courte sur le score de 6-2

 C’est donc par une nuit noire, humide et froide digne de novembre que nous nous sommes tous retrouvés au Stade du Teich, route du Stade, cela ne s’invente pas…

Tous?...non…à l’exception d’un certain Jean-Marie qui arriva fort longtemps après pour d’obscures raisons (un contrôle de police et un GPS foireux…)...merci au guidage par téléphonie mobile et à l’explosion du forfait annoncé…Nico, t’as toujours des prix ?

Tous ?...non…à l’exception de quelques cadres de haut vol qui avaient déjà été fauchés par la blessure ou d’autres contrariétés en pleine ascension…les intraitables Ricou, Jerôme, Pim, Doud, Matthieu, Philippe, Roti, Le Roumain et j’en passe…même les twin brothers et le Julo des cœurs manquaient à l’appel….

 

Pourtant, et c’est à cela que l’on voit l’extraordinaire expansion rapide des VCC sous la houlette du bien-aimé président Bilipp (aïe mon dos !), nous étions en nombre autour de notre porte étendard, que dis-je, de notre oriflamme, le sieur Taxi, bonnet rouge de la révolte vissé sur le crâne et panonceau sur la voiture qui éclairait tel un phare dans la nuit en signe de ralliement.

Le terrain était parfait, moelleux à cœur par une pluie abondante (vous ai-je dit qu’il pleuvait ?) et bordé d’une tribune couverte en bois qui allait s’avérer précieuse…en ce qui concerne le vestiaire, il était… intime… probablement dessiné par un architecte chinois nain et fourbe….

Bon, on ne va pas se refroidir plus longtemps….

Chaque mi-temps du match a été arbitrée alternativement ( Taxi pour nous ), et les arbitres ont été impeccables…

 Evolution du score :

 1ere mi-temps

·         1-0 : Essai de Vince sur un service de Bernard de Salles après une percée de Yannick

·         2-0 : Essai de Bernard de Salles,

·         2-1 : Réduction du score nette et sans bavure sur un 3 contre 1

 A la mi-temps verdict du bord du terrain

Ø  Tout le monde parle trop sur le terrain…il faut resserrer les boulons

Ø  On ne sait pas à qui décerner le pilou vu les innombrables fautes de main…le ballon glissant n’arrangeant rien (vous ai-je dit qu’il pleuvait ?)

2ème mi-temps

·         3-1 : Doublé de Bernard de Salles qui en a marre d’avoir le Pilou

·         4-1 : Placage offensif de Juju puis Bouly à la manœuvre qui envoie Nico à l’essai

·         5-1 : Essai de Yohann (dit Féfé, dit l’Agenais, dit Roddy etc…) sur un caviar d’Hervé, toujours dans les bons coups

·         5-2 : Réduction du score de l’équipe adverse  qui avec un pack de devant bien compact fort dans les rucks  et une ligne d’attaque assez jeune nous donne du fil à retordre

·         6-2 : Essai d’Hervé sur un service de l’insubmersible Fred après un mouvement de Vince

 

LES INFOS DU MATCH

Score du match : 6-2 (match terminé)

Spectateurs : Des remplaçants mouillés

L’équipe  (à vue de nez):  

Eric « Picasso » /  Serge « Picasso bis » /  Bilipp / le Narbonnais / Jean-Marie / Damien / Hervé / Yannick/ Dave / Olivier /  Babass / Laurent / Byron /Fabien / Pascal / Benoit / Julien / Bouly / Fred / Nico /  Alexandre / Vince / Bernard de Salles…+ Taxi à l’arbitrage

LA REMISE DES RECOMPENSES

Le Pilou: titre décerné par acclamations à Pascal pour avoir encore fait briller son légendaire survet bleu et avoir joué pour les bayous de temps en temps

La corvée des maillots : remise à Babass pour son improbable chistera façon football américain

Nous avons aimé :

·         L’état d’esprit des Bayous et la bonne tenue du match

·         Une excellente pelouse

·         L’arbitrage

·         Le déguisement de Fabien en Igor- Bogdanov- du- front- gauche

·         Les commentaires haut en couleur des spectateurs à l’abri sous la tribune

 Nous n’avons pas aimé

·         Une pluie « écossaise » constante tout le match

·          Un peu d’indiscipline gauloise en première mi-temps


VCC 6 - OLD BLACKS CENAC 0

Eden pork du Bouzet (ou plutôt son annexe)

18 spectateurs et pas Pilou sur le bord de la touche (il est pas con, il ne va pas se rincer pour une bande de toc....  s'amusant à s'échanger une peluche  à chaque match!! De plus il pleuvait trop pour sa fourrure)

 

Le mot de la soirée : Sourire.
Que des sourires !
Une équipe battue qui sort avec le sourire
Une équipe victorieuse, les yeux pétillants et la banane sur la tronche
Un groupe de gonzes au bar, à table partageant les mêmes valeurs refaisant leur match, ou radotant sur leurs faits de gloire longtemps passés (non, je dénoncerai pas !...cette fois ci) et ce jusque tard dans la matinée.

Bilan sportivement parlant :
 Réussite totale

- Encore une fois, les Old black de Cénac sont franchement dans le trip loisir... virils, "correcs", joueurs, gourmets... et pas râleurs... à garder dans le carnet des équipes ++
- Malgré une aire de jeu se rapprochant plus du waterpolo que "du pré au cuir chantant", les trois quarts ont réussi quelques trucs... oui je sais...mais patience on y reviendra sur leurs soi-disants "exploits"
- Pas de blessé... Ricou et RV ayant décidés de ne plus jouer dans la même zone de jeu
- Des recrus mon con !... Spécialité désossage en règle à l'attaque comme en défense, maîtrise du ballon, maîtrise de la biscouette du coiffeur, apéroproof et z'ont même regouté du Roti's délice... Bref gros welcome aux Seb, Laurent, Fab et Olivier
- Des revenants mon conno ! Ex cestadais, mais 'le sont manifestement toujours dans leurs tripes et leur coeur... gros bisous aux Adrien et Antoine !!!

Bilan extra sportivement parlant :
 C'est quand même cool un VCC !

Des vestiaires étanches... "LOL ah ah ah !" comme dirait notre soit-disant buteur (mais on en reparlera aussi !)... des douches talassothérapeutiques... gelées, brulantes, gelées, brulantes...
Des fumets sortant de la cuisine avant même de passer aux vestiaires... nombre d'entre nous se sont franchement posés la question à savoir s'il ne fallait pas directement passer à table !!!
Pour rester sur la table... y'a qu'aux VCC que l'on cumule le gastronomique 2* et le quantitatif du routier Landais !
Bref, mention spéciale à mon Roti... qui déroule ses prouesses plus largement que pour notre groupe mais aussi pour nos invités d'un soir et ce quelque soit la complexité du plat !!

Encore une fois ce ne sont que quelques fulgurances de ma mémoire que je relate ici mais elles me plaisent et je m'en prie de vous en faire part une nouvelle fois.
Je sais... beaucoup d'entre vous m'attendent sur le sujet des 3/4... que pour une fois ils auraient été corrects voire peut être bons... que cela se serait traduit par 6 essais... et que je vais z'être bien embêté pour en parler sans m'arracher la gueule... Mouais !

Bon c'est parti... les 3/4 vous avez dit... pour rappel cette 3/4 de compétence était en partie pour cette joute composé de Fab (un gros), d'Olivier (un autre gros), de Toine (toujours un gros), d'Adrien (le plus gros)... ah j'oublie l'hermaphrodite Ricou (ex... futur... gros ?)... et même du Prez (un énoÔorme) quasi toujours dans la ligne !
Cette ligne était complétée par les figurants Byron, Vince, Bouly, Bernard de Salle, Juju (pas longtemps), Ricou (décidément ch'sais plus où l'mettre çui-là), LOL (ou Michalaricard eu égard à son coup pied quelque peu déconcertant, voire surprenant mais toujours hilarant !!)
Bon z'avez bien compris que le Ricou me pose un problème dans son positionnement... mais je dois lui reconnaitre... 3 minutes après son entrée, sa posture facon "joe bar team" :
- "Putain ch'suis passé... Putain ch'suis passé..."... un petit 52,37 mètres plus loin, l'essai validé, le Ricou nous regarde et nous nargue d'un "Même pas fatigué les fiottes" ! 
Pardon ?... Comment s'est passé le retour dans son camp ?... ben dans sa tête, pendant les 3 minutes qu'il lui a fallut pour refaire les 52,37 mètres retour mains sur les genoux, ça faisait :  "Putain ch'suis passé... Putain ch'suis passé..." 

Un éclair de génie de 3/4 ? Oui peut-être... mais c'est vraiment pour ne pas faire le mec obtu... et/ou récupérer le Pilou juste pour mauvaise foi affichée... Bon bref, sur le 5ème ou 6ème essai, conquête des avants sublime dans nos 40... écartage de la balle classique... ca devrait aller à l'aile re classiquement... et là le vieux de la ligne (Bernard) lache la remorque, enclenche le crabos, allume la post combustion, déchire le rideau, fixe l'arrière, fait une passe... oui mais pas comme d'ab pour nos 3/4... une normale... une qui arrive dans les bras du Vince... qui zig, qui zag, qui rezig et va finir entre les poteaux... magique !

Y'a l'essai du RV aussi... ouais, y'a bien du y avoir un 3/4 qui a touché la balle, ça doit compter aussi !!...gros déchirage du bison Jéjé (24,65 mètres à lui tout seul) écartage de la boule, finalement Tonio à l'aile, un une-deux des familles le long de la ligne et le multi-couturé RV qui s'enfonce main-main pour un plongeon en terre cenacaise...

Le Pilou ?... un classique du genre... en-avant dans l'enbut... OUI... Je sais !... je le concéde... par un avant.... mais reconverti 3/4... je reste intimement persuadé que si cela avait été en tant que 2ème latte ou 3ème ligne, l'Antoine il se l'aurait jamais fait "pigé" son ballon !!!... C'est la malédiction du 3/4 VCC... on y peut rien !... Ou alors... autre possibilité... c'est un hommage rendu par le Tonio à son maître le Prez... et là chapeau bas pour le geste !

D'autres souvenirs ?... une pelletée... mais j'en oublie surement et m'en excuse déjà pour les acteurs non cités
La photo sans photographe... Pascal "Minute et demi" qui s'y colle... et qui foire son pantalon dans la boue.
Le Roumain tout propret... qui foire son pantalon dans la boue
Juju, façon Laporte, son casque sur la tête (ressemble vraiment à rien comme ça !!) à gueuler ses consignes
Les plongeons du Yo pour couvrir une passe à droite capricieuse (tout comme l'appareil photo soit dit en passant)
L'en-avant de Eric "1/2 Picasso" pour une action qui aurait du aller à Dam
Damien toujours à gratter la boule bizarrement
Taxi... qui fait montre d'autorité (sincèrement) sur ses décisions arbitrales
Yo qu'a pas râlé... ou presque pas !
Le maillot tout blanc du Bernard à la fin du match

Pour moi, toutes les conditions étaient réunies pour un match de gros, avec les gros, que pour les gros... les 6 essais de trois quart sont :
- la preuve que nous les gros, on vous aime bien quand même les belles gueules du fond
- la preuve de notre intelligence situationnelle (mais c'est peut être parc'qu'on savait qu'y avait des gros dans la ligne)
- la preuve de notre envie du partage (sincèrement... sans vouloir faire particulièrement du social avec vous !) er de faire perdurer l'esprit loisir, nous !

Et finalement je profite de cette tribune pour une doléance personnelle de moi même... Monsieur le Prez, je sais tout ton amour pour ma sublime personne (et je t'en félicite) mais si tu pouvais arrêter de m'écraser les arpions avec tes crampons de 52 à l'entraînement, en match et même dans les vestiaires... je t'en saurai gré une bonne partie de ma fin de carrière rugbystique...
PILOU : TONIO

HOMME DU MATCH: LE PREZ, pour une reception et un deux contre un indigne de son standing
l'équipe : LE PREZ, PHIL, 1/2 PICASSO, GG, LOLO, PIM, BABASS, RV, YANNICK, DAM'S, DAVE, DOUD, BYRON, FAB, OLIV, BOULY, 20/100, BERNARD DE SALLES, NICO, RICOU, JUJU, TONIO MOMO, ADRI LE SUD'AF, TAXI.

 

Doud